Menu

Tuto pour être un sale con

3 juillet 2018 - Humour, Non classé
Tuto pour être un sale con

On en a tous déjà vu. Ils méritent des baffes, et pourtant ils ne sont pas forcément conscients qu’ils en sont. Mais de quoi tu parles me direz-vous ? Eh bien, des sales cons bien sûr !

Pour réussir à vous fondre parmi eux, je vais vous donner quelques conseils de conduite pour vous faire détester de votre entourage (proche ou pas, hein, parce que quand on est vraiment con, on le fait savoir à tout le monde).

Afin d’illustrer mes propos, je vous proposer quelques vignettes issues des albums du Chat, de Philippe Geluck, que je vous recommande chaudement.

En premier lieu, prendre de la place

Et avant que vous montiez au créneau, je parle ici de votre attitude, pas de votre tour de taille (ne confondons pas sale con et salaud).

Comment prendre de la place de manière très simple, en divers endroit, et dans diverses situations ? En vérité ce n’est pas bien compliqué. Voici quelques exemples :

Si vous êtes dans un train du type RER ou métro, et qu’il y a beaucoup de monde (facteur très important), visez les places assises. Une fois que c’est fait, étendez bien vos jambes, afin d’empêcher les personnes debout de pouvoir avoir de la place (déjà qu’ils bouchent la vue, il faudrait pas en plus qu’ils viennent près de vous hein ?). Vous pouvez également poser votre sac/valise sur le siège d’à côté, et de ne le retirer que si on vous le demande… pour le poser sur le siège devant vous ou mieux, dans l’allée. Et si quelqu’un tape dedans, pensez bien à lui reprocher et à lui dire de faire attention, c’est important. Le mieux, c’est également d’étendre vos jambes sous le siège d’en face, même si il y a quelqu’un assis dessus. Après tout, vous aussi vous êtes fatigué.

Si en revanche vous êtes debout, pensez bien à vous adosser aux barres pour se tenir, pour empêcher quiconque de se tenir correctement. Et si ils vous tombent dessus, dites leur bien qu’ils devraient faire plus attention.

Autre situation : quand vous marchez dans la rue/les couloirs du métro-RER/autre part, pensez bien à vous mettre en plein milieu du chemin et à marcher lentement. Comme ça, toutes les personnes (polies) qui marchent vite (dans le genre des grands comme moi) ne vont pas pouvoir circuler tranquillement, et avec un peu de chance ils vont même vous marcher sur les talons, vous permettant ainsi de faire une scène en plein milieu d’un espace public, les humiliant et les faisant passer, eux, pour des malpolis.

Enfin bon, vous avez compris le principe : plus on embête les gens, mieux c’est.

En deuxième lieu, parler fort

Une fois que vous avez bien pris votre aise, il va falloir donner de la voix. Ben oui, prendre de la place c’est bien jolie, mais vous n’êtes un sale con que pour les personnes proches de vous. Quitte à pousser les gens à bout, autant bien le faire, non ?

Donc, là, vous prenez votre portable, vous appelez votre pote avec qui vous savez que vous pouvez parler des heures (c’est encore mieux si c’est pour vous plaindre d’autre personne), et c’est partit ! Le but c’est de raconter votre vie, tout en en faisant profiter un maximum de personne. Et si les gens vous regardent c’est encore mieux ! Pourquoi ? Parce que vous allez pouvoir leur rendre leurs regards, comme si de rien n’était. Ah, et pour avoir un bonus énervement, faites ça dans les transports le matin tôt en allant au travail, ou le soir en rentrant du boulot. Au moins comme ça, vous êtes sûrs de votre coup.

Plaignez-vous en permanence

Plaignez-vous de tous et de rien, tout le temps, à n’importe quelle occasion. Et surtout, surtout, faites savoir que c’est la faute de quelqu’un d’autre. Bah oui, vous êtes tellement parfait que ça ne peut pas être de votre faute.

Respectez cependant bien une règle importante lors de cette étape : ne vous plaignez jamais de la personne concernée en face d’elle. Bah oui, si les cons étaient courageux, ça se saurait depuis longtemps.

Si vous voulez monter d’un cran, vous pouvez aussi tabler sur le sale con raciste. Plaignez vous de tous les problèmes du monde (enfin surtout ceux qui vous concernent), et mettez tous sur le dos d’une communauté ethnique ou religieuse (ou sociale, les chômeurs c’est très en vogue en ce moment). Vous verrez, ça fait sensation aux repas de famille !

Faites du bruit

Il faut bien que tout le monde comprenne que vous êtes là, donc allez-y, faites vous plaisir ! Montez le son !

Si vous êtes dans un appartement, privilégiez les chaussures à talon ou les grosses bottes, ou juste marcher en faisant bien peser votre poids, histoire de faire profiter les voisins du dessous. Dites vous que les murs conduisent le bruit, donc posez bien des enceintes contre un mur, histoire de faire profiter les voisins avec des vibrations. Mettez le son à fond sur la télé (et en général en fait), invitez vos potes tous les soirs et faites la fête jusqu’à pas d’heure. Et si les voisins viennent se plaindre, sortez à plusieurs en leur disant que c’est eux qui font du bruit, et que vous, beh vous dites jamais rien. Comme ça, vous passez pour la victime.

Si vous avez une voiture, faites bien rugir le moteur, surtout si vous êtes garés sous les fenêtres de quelqu’un que vous ne connaissez pas. Le kérosène, parait que ça fait des miracles. Et aussi, mettez la radio à fond.

 

Faites l’inverse des règles de savoir-vivre

Basiquement, faites l’inverse de tout ce qu’il faut faire pour vivre en communauté.

Arrêtez de respecter les horaires, faites votre ménage la nuit, ouvrez les fenêtres et mettez la sono à fond, fumez dans les partie commune, parler de vous tout le temps, soyez égoïste (et radin), ne laissez pas votre siège aux handicapés et aux personnes âgées. En bref, soyez imbuvables.

 

Si après ces conseils les gens veulent encore vous parler, c’est que vous ne faites pas les choses correctement… ou que vous êtes déjà entourés par des sales cons (et à ce moment-là, il va falloir commencer à sérieusement se poser des questions).

L'insomniaque. Boit du café. Boit des energy drinks. Joue aux jeux vidéos, aux jeux de rôles avec ses potes, est soyeux et barbu. Sa barbe est donc soyeuse. Vous n'aimeriez pas le voir bourré. Nous, si.

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *