Menu

Peut-on aimer les flans à la poire ?

17 décembre 2017 - Humour

Salut à toi lecteur qui ne fait que passer et qui me lit pour tuer le temps. Avec une balle dans la tête.

Premièrement, comment vas-tu ? Il est vrai que je ne pense pas à prendre de tes nouvelles. Sache pour autant que je ne t’oublie pas, je rencontre juste quelques difficultés à discuter avec toi lorsque ma semaine est remplie. Que dirais tu que pendant que tu commences à réfléchir à quoi me répondre, je commençais mon article ? Ma lampe de chevet me dit que oui, je peux. C’est parti.

Alors que je me débats avec les impôts, le petit Luke se pose une question, et donc il m’envoie ce message :

Cher Docteur Pedro, mais pas trop cher parce que je suis fauché,

Je m’appelle Luke, j’ai 12 ans et j’habite le Loir-et-Cher.

Ces derniers temps j’ai été forcé par ma compagne à manger du flan à la poire, et je me pose une question existentielle : Comment peut-on aimer cette chose insipide et molle qu’est le flan à la poire ?

Dans l’attente de ta réponse, je m’en retourne subir les tentatives culinaires de cette mégère.

Luke.

Premièrement, mon petit Luke, je t’emmerde. Parce que j’aime le flan à la poire. Et deuxièmement : As-tu songé au fait que ta femme voulait juste se débarrasser de toi ? Il est vrai que de nos jours beaucoup de femmes tentent de faire partir leur mari en leur préparant de la merde. Oui, c’est dégueulasse. Inhumain, je ne pense pas, peut-être qu’au contraire c’est tout à fait humain, et même à moitié bienveillant. Je précise à moitié parce que le bon coté, c’est qu’elle n’attente pas à ta vie, mais par la même occasion cela lui sert à inséminer la graine de la colère dans ton esprit, et à te faire porter le chapeau au moment de la rupture. Oui, une fois encore, c’est dégueulasse. Ce que je peux te proposer de faire c’est d’installer des caméras dans ta cuisine, comme ça tu vois ce qu’elle fait ! Il est vrai que ça n’est pas très honnête, mais en même temps elle fait exprès de te mal-nourrir ! Ou alors c’est une très mauvaise cuisinière. Parce que pour rater un flan à la poire, il faut y aller. Si tu es encore en vie quand tu lis ceci, je te conseille de me tenir au courant, ton cas m’intéresse particulièrement.

Voilà pour toi mon cher Luke. Sur ce jeune lecteur qui a lu ceci, je te laisse vaquer à tes occupations, tu peux même continuer à lire quelques unes de nos élucubrations, comme cette ode à la RATP, et surtout n’oublie pas de nettoyer tout ce sang, t’en as mis partout. La bise !

Président et co-fondateur de tout ce que tu vois ici. Les gens l'appellent patron, boss, chef, ou encore bâtard. Il s'enfile plusieurs saisons en une journée, et maltraite ses collègues parce qu'il ne dort jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *