Menu

Faire sa première rentrée à la fac

23 septembre 2018 - Non classé
Faire sa première rentrée à la fac

Alors, on ne va pas parler des soirées étudiantes (mais plutôt des lendemains). Ni de cette toute fraîche liberté ou de la motivation de rentrer qui nous fait bomber le torse, fier d’affronter un nouvel avenir. Mais on va aborder la redescente en cours d’année. Vous avez sûrement entendu ce discours par vos parents, des profs un peu chiants ou des aînés qui ont l’habitude de faire la morale. Néanmoins, je vais vous expliquer à quel point la chute peut être réelle pour éviter de se trouver face au mur. La rentrée ce n’est rien, c’est ce qui suit qui peut poser problème.

 

Objectif BAC validé, c’est la rentrée.

Ça y est, tu as ton bac et que ce soit tout juste, avec une mention ou bien au rattrapage, tu te sens prêt pour cette année prometteuse qui te tend les bras ! Tu vas te faire de nouveaux potes. Tu as ton appart ou ta coloc et tu es dans une ville ou tu vas pouvoir bosser pour ce qui t’intéresse. Ou, du moins, j’espère (coucou à ceux qui n’ont pas encore fait de choix). La rentrée arrive et certains te plaisent plus que d’autres.

 

Et là, c’est le drame.

Tu veux donc t’accrocher à cette fac mais tu te rends déjà compte que ça va être plus compliqué que prévu. En ouvrant le frigo tu vas te rendre que les courses ne se font plus toutes seules puisque les parents sont restés à la maison. Et puis c’est pareil pour te faire à manger. À moins que tu sois passionné de cuisine, tu risques de basculer sur le menu : pâtes à midi, pâtes le soir et restes de pâtes le matin (surtout si tu as besoin d’éponger une cuite de la veille). Tu vois où je veux en venir ? Pas encore ? Alors pense à la lessive, au ménage, au budget que tu t’es fixé et qui s’évapore en une soirée et après 7 ou 8 Macdo.

 

Liberté chérie.

Chaque semaine tu n’auras pas seulement à bosser tes cours mais tu devras te gérer seul, toi et ton appartement. En plus de ça, la faculté n’est pas le repère des glandeurs. Tu es si autonome que tes profs se foutront de ta réussite ou de ton échec (à moins de tomber sur la perle rare) mais c’est normal. Pour la plupart, ce sont des chercheurs ou des professionnels qui exercent à côté. Ils considèrent que des adultes peuvent bosser de façon autonome. Tu te retrouveras seul à travailler sur ce devoir de bio, ce commentaire d’arrêt, cet exposé sur le cognitivisme, etc.

En bossant en groupe tu pourras échapper à cet isolement, même si tu rentreras quand même seul chez toi pour te faire à bouffer avant de te rendre compte que tu n’as plus rien à manger. Bon, je dramatise peut-être un peu là (il te restera sûrement une boîte de lentilles). Mais comprends bien que ce moment que tu attends tellement, et qui à la fois t’effraie, ce n’est pas mettre un pied dans la réalité mais y plonger tout ton corps.

Essaie de trouver un temps pour pratiquer du sport entre les cours, les révisions, les courses, les lessives, les moments de détentes (sinon tu vas exploser), ainsi que les heures à cuisiner, à faire le ménage et tout ça sans dépasser ton budget. Si tu n’arrives pas à t’organiser c’est ton année universitaire qui va en pâtir. C’est pour ça qu’il y a peu de réussite en première année. Sans compter les abandons, il y a tous ceux qui n’arriveront pas à bien bosser à cause du surmenage.

 

Courage, tu peux le faire.

 

Mais je ne veux pas te plomber non plus. Tu peux trouver ton rythme et profiter à la fois de la vie étudiante tout en assurant ton année ! J’ai réussi la première année de droit par exemple mais j’ai vu beauvoup de potes tomber. Tout ça parce qu’ils n’étaient pas informés ou pas prêts à affronter tout ça. Maintenant que tu connais tous ces obstacles, tu peux y arriver. Mater une série ou sortir avec tes potes te changera les idées. Mais, un conseil, si tu aimes les sports, essaie de te dégager un créneau. C’est ce qui te fera vraiment décompresser (perso c’est la natation).

Si c’est à peu près pareil pour tout le monde, la rentrée était il y a déjà une semaine. Alors j’espère que ces conseils t’aideront et évidemment je te souhaite une bonne rentrée ! (Joyeux Hunger Games.)

La cinéphile. Aime le cinéma, jouer la comédie et le nougat. En fait je suis pas sûr, mais on l'aime bien ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *